LA TUNISIE D’AUJOURD’HUI:ENTRE RETOURNEURS DE VESTE ET REVOLUTIONNAIRES


A summer night in Tunis

Image via Wikipedia

Depuis un certain temps on commence à se questionner par rapport à cette révolution du jasmin, debutée comme révolution du pain, ……….Lisant la presse tunisienne, écoutant les amis et leur recits, l’impression est que cette page de l’histoire du pays puisse se tranformer  en une sorte  de  “fado” portugais.  Una manifestation caracterisée par un sentiment de perte irréparable, “la saudade”, qui méne à une vision mélancolique de ce qui aurait pu etre et n’a pas abouti.

L’impression qu’on reçoit est donc d’une sorte  de volonté cachée de la part du gouvernement provisoire  ,plus spécifiquement de la composante centriste de ce gouvernement, de créer chez le citoyens un sentiment de peur, une stratégie de maintien  de la tension sociale…….Une volonté de pomper sur l’anxiéte,l’inquietude  des gens, pour se focaliser sur le manque de securité et l’augmentation de la violence……Et par  ce biais, de montrer et vouloir affirmer la thèse que seul un gouvernement de centre droite est en mésure de controler “la populace”, les ignorants, les tunisiens de l’intèrieur ,les bandes armées qui attaquent les quartiers riches de la ville….! Le récite étant toujours le meme .

Auparavant c’était la défence contre l’integrisme, le fondamentalisme , qui était joué sur le front extérieur,  aussi bien que sur celui intérieur. Aujourd’hui c’est bel et bien contre le désordre social………

La gauche non, car  elle est communiste!  Meme si le le tunisien moyen ne soit pas en mésure de comprendre la différence entre socialisme et communisme……. Les islamistes, vrai bete noire du centrisme, non, car ils ne sont que des intégralistes,des fondamentalistes  qui veulent  détruire le pays…..et ainsi de suite…..

Il y a déjà, à présent,  51 formations politiques autorisées par le ministère del’intèrieur à se presenter aux éléctions pour l’Assemblée constituante. Un nombre assez élevé qui ne corresponds pas aux force politiques qui vont competitionner. Il s’agira après de voir les associations, les aggregations, les amalgames qui vont se faire……. En fait, il y a une  contraddiction évidente parmi les diverses formations quant aux projets et la vision politique qui affirment  posseder…….

Un phénomène qui me parait prendre de plus en plus d’ampleur est la dicothomie croissante entre Tunis , la capitale, sa large banlieu et le reste du pays. Une distance politique ,économique et sociale qui est en train de s’élargir et dévenir plus que jamais un vrai probleme politique qui va rester à la une pendant longtemps.

Cette division ne pourra, non plus, etre reglée avec l’émigration. Une mèthode politique bien connue par nombreux  pays qui dans le passé, aussi bien qu’à présent, utilisent ça comme  soupape sociale.   L’Italie fasciste a utilsé cette mèthode entre 1930 et 1938 . Environs 8 million d’italiens ont quittés leur pays pour les E.U., l’Europe, l’Oceanie, sur une population de 38 million d’habitants. Ce qui a permis ensuite au reste de la population d’acquerir un niveau et  une qualitè de vie bien meilleure. Mais des nos jours une telle émigration est impossible à gérer .

Il parait donc que cette “élite” de formation et culture française, qui par un moment avait perdu la boussole et le pouvoir  ,veuille rèvenir  en prémier plan pour se liberer de cette masse de jeunes et aussi des ces “pauvres bougres” de l’ouest du pays.  Autant que les éduqués continue de se rendre en France……………Cela en vue de  limiter les révoltes et pouvoir rester “parmi  gens cultivés”, ou enrichi de l’époque Ben Alì , pou enfin garder les privilèges acquis! Mais là, leur pays d’affection, les a trahis. Pas d’autres tunisiens chez nous ,déclare le gouvernement français. Sarkò, le president hungrois, immigré de dernière génération, n’en veut pas de maghrebins. Il faudra que cette  soi-disant élite change d’idée par rapport à la France pays libéral et d’accueil………Nèo-colonialiste et grossier, j’ajouterais……

Il me semble d’ailleurs, qu’ un certain  résultat par rapport à cette stratègie ils l’ont déjà obtenu. La petite bourgeosie urbaine commence à etre effrayée. Le changement du pays , le vrai, commence à se faire  toujours plus difficile…….Il parait incroyable que du jour au lendemain un pays qui disposait de 130.000 policiers  ne soit plus en mésure d’assurer une securité qui auparavant était inébranlable. Ou sont ils passés? Et comment ça se fait que déjà trois ministres de l’interieur aient démissioné sans qu’ il y ait eu un changement quelconque? Le vrai probleme est qu’on a l’impression que les grands réformes que le pays attends ne soient pas ressenti de la meme manière par le 5% de la classe dominante du pays. La rédistribution de la richesse, le familisme impérant qui en réalité conditionne la vie sociale du pays, les opportunités de travail liées aux connaissance familiales, aux tuyaux habituels …….

En fait tout ce qui devrait changer dans la societé tunisienne et qui maintenant risque de ne jamais voir la lumière…….Si dans le cours de l’année à venir ,c’est à dire de Juillet 2010 lors des éléctions à l’Assemblée et les éléctions politiques qui devraient avoir lieu en avril 2012 , on n’arrivera pas à débuter ces réformes, le changement n’aura pas lieu.

C’est à dire , le changement peut avoir lieu seulement à la condition qu’une partie de la population paye un prix..!Le prix d’avoir pu vivre au delà de leur moyens et avoir pu profiter d’une manière ,ou autre, du système en place.   Si ce prix ne sera pas payé le changement tant attendu ,la révolution ,n’aura pas lieu.

Mis à part Mr. Essebsi, le premier ministre,  qui lui joue un role garantiste, j’ai comme l’impression que tous les ministres en place soient en train de se rélier aux formations politiques en chantier……….Il ne sont pas là pour démissionner…….Au delà de ce que que les voix de rue indiquent, je ne crois point que le parti islamiste, qui n’est certainement pas intégriste, va depasser le 18%.  Quoiqu’ on affirme que leur propos pourraient changer après les élèctions……….

Je crois fermement que le risque majeur pour le changement dérive plutot  par  cette bourgeoisie , formée par les professions libérales, commerçants, dirigeants d’entreprises ,tunisoise , marsoise, formée à l’école française et après en France  , qui répresente au grand maximum le 5% du pays. La meme classe socio-économique qui pendant la dernière decennie a profité du sous produit du système Ben Alì et qui n’a rien dit et rien fait………

Elle va maintenant essayer de canaliser le mécontentement pour justifier, une fois de plus, sa céntralité dans la direction politique du pays.  Je crois que contrairement à ce que les quotidiens “gouvernamentaux” réclament ,il n’y a pas pas si besoin que ça d’un centre, mais d’une nécessité accrues des réformes et donc d’une coalition politique capable de méner à fond cet objectif stratègique.

Le centrisme tel que je le vois et l’entends  ,dans les conditions actuelles, ne serait qu’une réedition edulcorée du RCD. Les meme gens , la meme classe  socio-économique au pouvoir pour que rien ne change vraiment.

Afin que  le parfum du jasmin puisse s’expandre, il va falloire prendre le large et faire confiance aux gens qui n’ont pas vecu à l’abri du pouvoir précedent.

Bonne vie à vous tous .    Inchallah (en tant que souhait laique!)

P.S. Entro domani la traduzione del mio testo in italiano.

Annunci

Informazioni su exult49

JOHNS HOPKINS UNIVERSITY - MANY DIFFERENT LIVES- MORE THAN HALF SPENT ABROAD- CRITIC OF THE NOWADAYS ITALIAN WAY OF THINKING NEVERTHLESS OPTIMISTIC ! Leggete, il quotidiano del blog "free": "The exult49 Daily". www.paper.li/exult168/131966546
Questa voce è stata pubblicata in europa, politica-economia, relazioni internazionali, Tunisia,Ben Alì,vaticano,finanza,Fiat, e contrassegnata con , , , , , . Contrassegna il permalink.